“Fighting Fear” in Paris

La semaine dernière avait lieu à Paris la seconde projection française de “Fighting Fear”. Après une tournée qui les a notamment emmenés en Belgique, en Allemagne et en République Tchèque, le réalisateur, Macario de Souza, et les deux protagonistes du film, Mark Mathews et Richie Vaculik, débarquent dans la capitale, sans une pluie torrentielle. Mais ce n’est pas cela qui mettra un terme à leur enthousiasme: comme le dira Macario en préambule de la projection, “avoir l’opportunité de présenter notre film aussi loin de chez nous, qui plus est, devant autant de personnes, est un rêve devenu réalité.” Les trois compères jouent le jeu à fond, enchaînant les interviews avec différents types de médias. Je vous invite d’ailleurs à regarder celle réalisée par Alba, la community manager de Wizee.

La projection s’est tenue au cinéma Max Linder, sur les Grands Boulevards. Coincé entre le Gaumont Opéra et le Grand Rex, ce petit cinéma ne paye pas de mine mais son cadre intimiste convient tout à fait à ce genre d’événement.

Image

J’avais assisté à la projection de “Bra Boys”, le film-documentaire réalisé par Sunny Abberton et Macario de Souza, au Rock Food (Hossegor) durant l’été 2007 et ce film m’avait époustouflé, tant par les scènes de la vie courante que par l’engagement des surfers à Ours (prononcé à l’anglaise, hein, il n’y a aucun rapport avec “L’Ours” de Jean-Jacques Annaud et encore moins avec “L’Ours Maturin et la famille Wallace“), une vague qui casse à une dizaine de mètres de la falaise et où le fond n’est jamais très loin de la surface. Et après avoir vu le trailer, lu le dossier de presse de “Fighting Fear” et des billets de blogs dithyrambiques à son sujet, je m’attendais à un film du même acabit. Et je n’ai pas été déçu…

Après une présentation de l’équipe du film par Vincent Parisi et Samyr Hamoudi, commentateurs de l’UFC sur RTL9, place à l’action! Ou plutôt, à l’histoire. Car avant d’être une succession d’images de sessions à Shipstern Bluff (une vague mutante qui casse en Tasmanie) et de combats de MMA, “Fighting Fear” raconte l’histoire de deux amis d’enfance, Mark Mathews et Richie Vaculik, qui ont grandi à Maroubra, une banlieue populaire de Sydney.

Image

Cette amitié indéfectible a permis à ces deux enfants de surmonter les épreuves de la vie auxquelles ils étaient confrontés, de vaincre leurs peurs et de devenir ce qu’ils sont aujourd’hui, à savoir un chargeur reconnu par ses pairs, pour Mark, et un champion de MMA en devenir, pour Richie.

Tout au long du film, on se surprend à sourire aux facéties de Richie, le trublion, ou à frémir à la moindre vague shootée par Mark à Shipstern. Et à l’issue du film, on s’attache à ces deux personnages qui, bien qu’ils aient connu des périodes difficiles (prison pour Richie, blessure grave pour Mark), ont toujours su se relever et aller de l’avant, en se motivant l’un et l’autre. Belle philosophie de vie.

Bien sûr, cela peut paraître un peu romancé à celui qui n’a pas vu le film. Mais on y croit. Surtout quand on l’occasion d’échanger quelques mots avec Mac, Mark et Richie.

Parce qu’après la projection, l’équipe du film s’est adonnée avec un plaisir non dissimulé aux photos avec les personnes présentes, parmi lesquelles des fans (comme moi) ou des gens venus en amateur et qui ont adoré le film (et ils étaient nombreux). Mac, Mark et Richie ont joué le jeu, discutant avec tout le monde. Souriants, disponibles, accessibles…

Après ce photocall improvisé sur le trottoir face au cinéma, direction le Pompon où EQ, GoPro et O’Neill, les partenaires de la soirée, organisaient l’afterparty. Au sous-sol, JB Guillot (patron du label Born Bad Records) ambiançait tranquillement mais sûrement la salle qui se remplissait au fur et à mesure…

Image

Image

Image

Image

“Fighting Fear” est un très bon film, tant par les images que par la philosophie de vie qu’il transmet. A voir et à revoir, donc. Surtout quand on a l’impression que le monde autour de soi s’effondre et que tout est fini…

Un grand merci à Christel Dupiellet (Xtreme Video) et à Bérengère Simon (Zmirov Communication), et un grand bravo à Macario de Souza, Mark Mathews et Richie Vaculik.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s